Le management du digital
Rechercher

Ma valeur business dans ta gueule !

Une fois n’est pas coutume : cette chronique a été écrite par mon boss, Pierre-Henri Sapert-Bocoup, ci-devant PDG de Moudelab & Flouze Industries. J’ai enfin réussi à lui expliquer la création de valeur par le SI ! Ce ne fut pas une mince affaire, mais il a tenu à raconter lui-même dans quelles circonstances…

« Et la lente caravane avançait toujours, accompagnée par le tintement des clochettes, accrochées aux harnais des mules. La route déroulait ses méandres sur la morne lande de l’Est de la Drasnie. J’aime consacrer, chaque jour, après le déjeuner, une quinzaine de minutes à lire des œuvres de science-fiction. Je viens de commencer la lecture du vingt-et-unième chapitre de « La Tour des maléfices », le tome IV de la Belgariade, œuvre de science-fiction de David Eddings, lorsque Olivier Séhiaud, le directeur des systèmes d’information, s’annonce, via mon assistante.
- A quel sujet ?
- Le nouveau schéma directeur des systèmes d’information, m’informe-t-elle.
- Ah ?
- Il dit que c’est le document que vous lui aviez demandé.
- Ah ?
C’est le cas, mais il me faut quelques secondes pour passer de la « morne lande de l’Est de la Drasnie » à mon bureau, tout aussi morne d’ailleurs. J’ai effectivement exigé de tous mes cadres siégeant au comité de direction qu’il me fournissent un document présentant la stratégie de leur direction à un horizon de trois ans. Cet exercice a, pour moi, un double avantage.

D’une part, cela oblige mes collaborateurs les plus directs à réfléchir sur leurs fonctions autrement qu’avec une vision à très court terme. D’autre part, cela me donne des idées, que je manque pas de resservir aux actionnaires et aux membres du conseil d’administration. Histoire de passer, une fois de plus, pour un créatif que, je vous rassure, je ne suis pas. Olivier Séhiaud n’a pas un caractère facile, c’est le moins que l’on puisse dire. Son credo : le système d’information est le pilier de la compétitivité de Moudelab & Flouze Industries. On lit ça dans toute la presse mais, pour moi, cela n’a guère de sens ! Comment un ordinateur ou un logiciel, vendus à des millions d’exemplaires dans des millions d’entreprises, constituent-ils des « piliers de la compétitivité » de l’entreprise ? J’avoue que j’ai du mal à comprendre comment des objets banalisés, standardisés, bref des produits de masse, puissent remplir cette fonction. On me parle des ERP, ces progiciels intégrés, en insistant sur le levier de compétitivité qu’ils vont nous apporter : mais lorsque toutes les entreprises d’un secteur en sont équipées, où est l’avantage compétitif ? Comme si on nous expliquait qu’un PDG qui a une Peugeot 607 est plus compétitif qu’un autre qui aurait la même 607, d’une couleur différente... Foutaises que tout cela !
- Alors, ce schéma directeur, mon cher Séhiaud, comment va-t-il doper notre compétitivité ?
Volontairement, mon ton est ironique. Il s’assoit sur l’une des chaises près de la grande table de réunion qui jouxte mon bureau. « Il va me refaire son numéro », me dis-je, m’estimant coupable de lui avoir demandé ce lourd travail.
A mon grand étonnement, il n’a pas amené des dizaines de transparents, des centaines de pages de tableaux de chiffres et de multiples descriptions des architectures technologiques.
Au lieu de ce fatras auquel il m’a habitué, comme tous les ingénieurs en informatique très fiers de leurs qualifications (je l’ai quand même recruté pour cela), il me présente une note de synthèse de cinq pages qu’il me laisse le temps de parcourir.
Ensuite, je lui demande de préciser ses arguments. Olivier Séhiaud parle pendant quinze minutes. A ma grande surprise, il n’utilise pas de jargon technique mais insiste sur l’analogie entre les technologies de l’information, la musique et la cuisine.
- Prenez deux chefs d’orchestre et donnez-leur des outils standardisés : pianos, violons, cuivres, percussions... Faites-leur jouer la même partition. Croyez-vous, cher Président, que le résultat sera totalement identique ?
- Heu... non, réponds-je.
En tant qu’amateur de musique classique, je ne peux qu’approuver : les interprétations d’une même symphonie sont tellement différentes selon les chefs d’orchestre !
- Un CIO ressemble à un chef d’orchestre, ou à un chef cuisinier qui, avec des ingrédients disponibles pour n’importe quelle ménagère, parvient à élaborer des plats fabuleux qui séduisent des consommateurs, poursuit le DSI.
- Certes, acquiéscé-je.
- C’est cela, la valeur business ! mon cher Président.
Il m’a finalement convaincu...

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud est le pseudonyme du DSI d’un grand groupe industriel français. Il nous livre en exclusivité ses réflexions sur son métier et les technologies de l’information.

Nos Ouvrages

  • Symposiums Gartner : la synthèse

    Les équipes de Best Practices assistent chaque année au Symposium organisé par le cabinet Gartner qui présente des études, ses analyses et ses opinions sur l’évolution des technologies, du digital et des systèmes d’information.

  • La transformation digitale en 465 questions

    L’un des facteurs clés de réussite de la transformation digitale reste l’accès à la bonne expertise, aux meilleures pratiques et à tout ce qui peut favoriser le benchmark des organisations par rapport au marché, aux usages et aux technologies disponibles.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 136

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2020, qui s’est déroulé en novembre, à distance. Les quelques 4 000 slides mis à la disposition des participants ont été analysés, afin de trouver les informations et chiffres-clés les plus pertinents.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa Data Integration

    Pour rater son intégration de données, rien de plus simple. C’est à la portée de toutes les entreprises ! Il suffit de suivre nos treize commandements et d’oublier la gouvernance, la qualité, la sécurité et les enjeux métiers.

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Comment rater...
sa stratégie Big Data

    Une stratégie Big Data ne s'improvise pas. Quoique... Ce nouveau titre de la collection "Comment rater..." propose les douze commandements pour tous ceux qui veulent vraiment rater leur stratégie Big Data.

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris