Bonnes pratiques et expertises IT
Rechercher

Libérons les otages de la comm’

La mode est aux otages dans des pays hostiles. Mais il ne faudrait pas oublier que des otages, il y en a partout… Par hasard, en surfant sur le Web, un titre a attiré mon attention : « La gestion des portefeuilles de projets au centre des souhaits des DSI ». Bigre… J’ai voulu en savoir plus en cliquant sur le reste de l’article. Je n’aurais pas dû…

Je pensais y trouver un article m’expliquant comment mener une stratégie de gestion de portefeuille de projets, nous en avons bien besoin, depuis le temps qu’on les empile et que l’on ne sait plus qui doit faire quoi, pour quand et avec quelles ressources... En réalité, l’article, écrit par la dirigeante d’un éditeur de logiciels (qui un look à jouer un rôle de profileuse dans une série télévisée américaine), est un bon exemple de texte parasite qui n’apporte rien. Comment les reconnaît-on ? À l’abus de termes qui ne veulent rien dire. Je vous en livre quelques-uns : objectifs corporate, défi, global, efficace, stratégique, formidable, intégré, harmonieusement, porteur, dynamique...

Le tout est emballé dans des idées que l’on ose même plus écrire dans nos notes au comité de direction. Je vous en livre aussi quelques-unes : « Les cadres informatiques dirigeants prennent l’initiative d’aligner l’informatique sur la stratégie d’entreprise et d’en faire un puissant contributeur à l’atteinte des objectifs corporate. » Ça, on le savait déjà... Autre exemple : « Afin de répondre aux besoins des entreprises, il est nécessaire que les cadres informatiques travaillent avec leurs homologues du secteur pour obtenir des accords sur l’utilisation efficace des ressources disponibles. Les entreprises requièrent une compréhension précise de leur environnement global et de leurs ressources, afin de prendre des décisions éclairées quant à leurs dépenses. » C’est la base du métier, non ? Ou encore : « Les projets PPM doivent être conçus pour intégrer harmonieusement les processus et les données critiques nécessaires à une bonne gestion de l’informatique. » Comme disait John Dire, un célèbre gourou du management auto-tracté : « Quand la gestion c’est d’la bonne, c’est qu’t’as labouré au bon endroit. » Je n’invente rien et je vous livre même un lien vers le texte original (enfin, c’est une façon de parler) : lc.cx/best130-5.

Au-delà de cet article, j’ai une pensée particulière pour tous ceux que l’on a forcé à écrire, relire, valider, traduire et diffuser ce texte. N’ont-ils pas, eux aussi, été pris en otage par des gourous de la comm ? On les a forcés à utiliser des mots qui ne veulent rien dire, à annihiler dans leur cerveau tout sentiment de honte quant au résultat, à envoyer des milliers d’e-mails à travers le monde aux journalistes pour qu’ils diffusent ce texte, bref à douter de l’utilité de ce métier pour lequel ils avaient la vocation depuis l’enfance.

On imagine la scène de liesse le jour où ils seront libérés et témoigneront des affres de leur mission.
• « On nous a enchaîné à des contrats de travail à durée indéterminée et nous avons été régulièrement frappés avec une énorme langue de bois, ça fait très mal... »
• « Nous avons été victimes de simulacres d’exécution particulièrement horribles : on nous obligeait à appuyer sur le bouton d’envoi à dix millions de personnes d’une newsletter 100 % langue de bois, avec notre vrai nom comme expéditeur. C’était horrible... Nous demandons pardon aux familles de toutes nos victimes... »
• « Nous avons été torturés avec la méthode des 10 M, qui consiste à répéter cent fois, et de plus en plus vite, sans se tromper (sinon c’est dix coups de langue de bois sur la tête...), la phrase suivante » : "Maintenant, Mettons Matériellement les Moyens pour le Marché Mature du Mi-Market Manufacturier Moderne". »

La plupart ne s’en remettront pas, touchés par le « stress post-traumatique du point de vue d’expert », maladie reconnue par l’OMS (Organisation du Marketing Sacrifié) : ils feront des cauchemars toute leur vie, imaginant qu’un directeur marketing autocrate les obligera à écrire des points de vue d’experts de plus en plus longs avec au moins 75 % de termes abscons. D’autres seront tout aussi irrécupérables, atteints par le syndrome de Stockholm, lorsque des otages développent une réelle empathie à l’égard de leurs ravisseurs.

La prochaine fois que vous lirez un point de vue d’expert sur le Web, ayez une pensée particulière pour tous ceux qui ne sont toujours pas libérés. Et si vous avez le temps, envoyez-moi votre sélection des pires textes que vous avez lu (olivier.sehiaud@gmail.com). Nous pourrons ainsi participer au mouvement de libération des otages de la comm !

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud est le pseudonyme du DSI d’un grand groupe industriel français. Il nous livre en exclusivité ses réflexions sur son métier et les technologies de l’information.

Nos Ouvrages

  • Best Practices Spotlight 
Atlas - Édition 2018

    L’Atlas du DSI regroupe tous les sujets publiés dans le cadre du service de benchmarking et de veille Best Practices Spotlight. L’Atlas du DSI propose des articles synthétiques pour rester à l'état de l'art, des chiffres-clés pour se benchmarker, des argumentaires pour convaincre les métiers, des bonnes pratiques à partager avec vos équipes et des résumés d'études que vous n'avez jamais le temps de lire.

  • Best Practices
Mises en œuvre

    Cette première édition des Best Practices mises en oeuvre regroupent des recommandations, des conseils et des méthodologies issues de retours d'expérience de DSI et de l'expertise de nos équipes. La centaine d'articles retenus abordent la stratégie et le management du SI, la gestion de projet, la valorisation de la DSI, le sourcing et le pilotage de la DSI.

  • Best Practices Revues et Corrigées - Édition 2017

    Cet ouvrage regroupe tout ce qu’il faut savoir pour manager les systèmes d’information. Chaque thème est traité en trois parties. D’abord, une présentation de la « Best Practice », qui en explique la genèse, les développements et les principes. Ensuite, un regard critique, qui met en exergue les points faibles, les éléments de débat et de controverse.

A ne pas manquer

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris