Le management du digital
Rechercher

Les SDF au secours des DSI

Il existe une catégorie d’individus vraiment impressionnants. Vous l’aurez deviné, je ne fais absolument pas référence à nos chers dirigeants, à nos collègues des directions métiers, et encore moins à nos (très chers) fournisseurs. Je pense plutôt à des personnes rejetées, par la plupart, qui errent sans savoir où aller, ne savent plus qui elles sont, n’ont aucun projet d’avenir et subsistent avec des budgets de misère.

Non, je ne fais pas non plus référence aux DSI... Mais à des personnes qui ont un don, celui d’expliquer en quelques dizaines de secondes une problématique : les SDF. Entre deux stations de métro, ils doivent convaincre un auditoire indifférent de mettre la main au portefeuille.

Tous les ingrédients y sont : l’exposé d’une situation dramatique à l’issue aléatoire, une voix qui porte pour que tout le monde comprenne bien le propos, une solution pour sortir de la difficulté et un plan d’action qui, même s’il se résume à un seul item (« Donnez-moi un euro, s’il voooouuuussss plllaaaaiiitt »), conclut le propos. Il n’y a que le look qui peut laisser à désirer, enfin façon de parler...

On a bien besoin de ce type de compétences dans nos DSI. J’ai d’ailleurs décidé de faire appel à l’un d’entre eux pour former mes collaborateurs, ainsi que tous les responsables de maîtrise d’ouvrage et nos prestataires externes. Bon, j’avoue que cela n’a pas été facile de sélectionner et de faire venir un SDF dans nos locaux pour expliquer comment il réalise la prouesse d’expliquer un problème en moins de deux minutes sans oublier l’essentiel ! En plus, j’ai dû dégager un budget « vêtement-bains-douches-coiffeur » qui a fait tiquer notre DAF.

J’ai identifié au moins quatre cas pour lesquels on a besoin des compétences d’un spécialiste de la synthèse. D’abord, pour les présentations au comité de direction. Vous avez certainement remarqué que les membres du Codir ont l’habitude de s’irriter dès qu’un sujet les mobilise, d’où l’intérêt de concentrer un maximum d’informations en un minimum de temps. Apprendre la technique SDF m’a été très utile pour être entendu et compris. Ensuite, on peut utiliser l’expertise d’un SDF pour obliger les directions métiers à expliquer le plus simplement possible pourquoi elles veulent faire tel ou tel projet. Et non pas à nous embrouiller avec des considérations vaseuses sur les « faudrait faire ci, ou plutôt ça, à moins qu’autre chose soit encore mieux, on verra bien selon l’évolution des besoins » ou avec des listes de fonctionnalités dont on sait que les trois-quarts ne seront jamais utilisés.

Autre cas utile : pour les collaborateurs de la DSI qui me prennent du temps pour des problèmes qu’ils pourraient gérer eux-mêmes. C’est l’inconvénient de laisser la porte ouverte, ça attire aussi les sujets parasites... Désormais, je leur impose de m’exposer le sujet en moins de deux minutes chrono ! Au-delà, je n’écoute plus...

Enfin, les consultants qui travaillent pour nous sont aussi concernés. Nous en avons plusieurs dizaines et ils ne se privent pas, en effet, d’essayer de nous vendre des missions supplémentaires, de nous suggérer des idées qui vont plomber nos budgets ou de vouloir nous faire réinvestir dans des projets qui sont déjà terminés. Le plus souvent, leurs arguments sont entassés sur d’interminables séries de slides, dans lesquels on a du mal à discerner d’emblée l’essentiel de l’accessoire, voire du carrément inutile.

A l’heure où tous les experts de la communication ne parlent que du storytelling pour faire passer leurs idées, il faut faire appel à des spécialistes. Non pas ceux des agences de pub, ni aux gourous de la communication, mais à ceux qui arpentent le terrain : les SDF, ou Storytellers de Finalité, qui vont droit au but.

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud est le pseudonyme du DSI d’un grand groupe industriel français. Il nous livre en exclusivité ses réflexions sur son métier et les technologies de l’information.

Nos Ouvrages

  • Symposiums Gartner : la synthèse

    Les équipes de Best Practices assistent chaque année au Symposium organisé par le cabinet Gartner qui présente des études, ses analyses et ses opinions sur l’évolution des technologies, du digital et des systèmes d’information.

  • La transformation digitale en 465 questions

    L’un des facteurs clés de réussite de la transformation digitale reste l’accès à la bonne expertise, aux meilleures pratiques et à tout ce qui peut favoriser le benchmark des organisations par rapport au marché, aux usages et aux technologies disponibles.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 136

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2020, qui s’est déroulé en novembre, à distance. Les quelques 4 000 slides mis à la disposition des participants ont été analysés, afin de trouver les informations et chiffres-clés les plus pertinents.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa Data Integration

    Pour rater son intégration de données, rien de plus simple. C’est à la portée de toutes les entreprises ! Il suffit de suivre nos treize commandements et d’oublier la gouvernance, la qualité, la sécurité et les enjeux métiers.

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Comment rater...
sa stratégie Big Data

    Une stratégie Big Data ne s'improvise pas. Quoique... Ce nouveau titre de la collection "Comment rater..." propose les douze commandements pour tous ceux qui veulent vraiment rater leur stratégie Big Data.

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris