Le management du digital
Rechercher

I have a (mauvais) dream

Le lieu était accueillant, avec des plantes vertes dans le hall d’entrée et des chambres lumineuses. Ce n’est que lorsque je suis sorti dans le couloir que j’ai senti qu’il y avait quelque chose d’anormal. Plusieurs personnes erraient en robe de chambre, certaines en marmonnant, d’autres en faisant des grimaces, d’autres encore poussant quelques cris pour le moins inattendus.

La première personne que j’ai croisée dans le couloir fortement éclairé par des néons, et qui me paraissait « normale», portait une blouse blanche. Moi qui étais en costume cravate, je n’avais pas le profil pour me trouver à cet endroit.
- Où suis-je ? demandai-je à celui qui m’a semblé être un médecin (il avait un stéthoscope autour du cou).
- Dans un établissement spécialisé pour le traitement des pathologies mentales liées aux technologies de l’information. Vous êtes à l’étage des DSI.
- Et qui sont ces gens ?
- Des DSI, bien évidemment, et nous les isolons des autres patients. Certains sont très atteints...
Avisant l’un des patients, je demande au digne représentant de la science :

- Et lui, de quoi est-il atteint ?
- D’une névrose d’angoisse, le patient est en permanence sur le qui-vive, il est hyperémotif, et son existence est caractérisée par un sentiment d’appréhension et d’insécurité.
Encore un qui a externalisé son système d’information, pensai-je...
- Et celui-ci ?
- Névrose phobique, tranche-t-il. Il ne supporte pas les pensées floues ou les sentiments ambigus.
Encore un qui fait une fixation sur les référentiels, pensai-je...
- Lui, c’est un névrosé hystérique, il exprime une demande affective intense auprès des autres, certains événements suffisamment traumatisants ont été en partie refoulés, entraînant des troubles de la mémoire.
Encore un qui a raté un grand projet, qui ne s’en souvient plus, mais qui cherche à se faire pardonner auprès des directions métiers, pensai-je...
- Celui-ci est atteint d’une névrose obsessionnelle, il éprouve beaucoup de difficultés à prendre des décisions, il a besoin de tout réglementer et de tout compter, il est strict et avare, préoccupé par les détails, l’ordre, l’organisation.
Encore un qui est chapeauté par un DAF, pensai-je...
- Quant au grand qui marche de long en large, il souffre de bouffées délirantes aiguës, il a des nombreuses hallucinations.
Encore un qui s’est converti à l’Open Source, pensai-je
- Le schizophrène que vous apercevez là-bas est souvent tendu, tend à se replier sur lui-même, montre un désintérêt pour le monde extérieur, avec également des comportements étranges et compulsifs, des crises de fou rire ou des excentricités.
Encore un que l’alignement IT-métiers laisse indifférent, pensai-je.
- L’autre, à côté, est un DSI paranoïaque, il souffre d’une hypertrophie du moi et d’une fausseté du jugement.
Encore un qui se prend pour un super-CIO et futur directeur général, pensai-je.
- Quant au dernier, m’indiqua le médecin, il souffre d’une psychose hallucinatoire chronique : il entend des voix et le sujet exprime sans cesse ses idées, il est intarissable.
Encore un qui a trop écouté son cabinet de conseil et qui a dû voir un ROI qui n’existait pas, pensai-je.
- Et vous les soignez ? demandai-je.
- Oui, avec des anxiolytiques à l’ERP, des hypnotiques au CRM, des neuroleptiques CMMi, des psychoanaleptiques CobiT et des psychodysleptiques fortement dosés à l’Itil. Tous ingurgitent évidemment des antidépresseurs Open Source.
C’est au moment où le médecin s’enquérait de ma propre santé mentale que je suis réveillé. Ouf, ce n’était qu’un (mauvais) rêve ! L’hôpital psychiatrique pour DSI n’existe pas. Du moins il me semble...

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud est le pseudonyme du DSI d’un grand groupe industriel français. Il nous livre en exclusivité ses réflexions sur son métier et les technologies de l’information.

Nos Ouvrages

  • Symposiums Gartner : la synthèse

    Les équipes de Best Practices assistent chaque année au Symposium organisé par le cabinet Gartner qui présente des études, ses analyses et ses opinions sur l’évolution des technologies, du digital et des systèmes d’information.

  • La transformation digitale en 465 questions

    L’un des facteurs clés de réussite de la transformation digitale reste l’accès à la bonne expertise, aux meilleures pratiques et à tout ce qui peut favoriser le benchmark des organisations par rapport au marché, aux usages et aux technologies disponibles.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 136

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2020, qui s’est déroulé en novembre, à distance. Les quelques 4 000 slides mis à la disposition des participants ont été analysés, afin de trouver les informations et chiffres-clés les plus pertinents.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa Data Integration

    Pour rater son intégration de données, rien de plus simple. C’est à la portée de toutes les entreprises ! Il suffit de suivre nos treize commandements et d’oublier la gouvernance, la qualité, la sécurité et les enjeux métiers.

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Comment rater...
sa stratégie Big Data

    Une stratégie Big Data ne s'improvise pas. Quoique... Ce nouveau titre de la collection "Comment rater..." propose les douze commandements pour tous ceux qui veulent vraiment rater leur stratégie Big Data.

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris