Le management du digital
Rechercher

Econsystème de série Z

Je suis sûr que, dans votre entreprise, vous avez remarqué un phénomène que l’on observe depuis longtemps à Hollywood. Quel rapport, me direz-vous, entre votre terne quotidien de manager et les paillettes du temple du cinéma mondial ?

Il est simple et peut être résumé par le principe suivant : « Un acteur de série B recrutera un acteur de série C qui recrutera... etc, jusqu’à la série Z. »

La série Z étant, rappelons-le, le pire du pire de tous les navets cinématographiques ! Si vous remplacez le mot « acteur » par le mot « manager », n’avez-vous pas l’impression que, dans nos organisations, il en va de même ? Je ne parle pas de la DSI où votre clairvoyance vous évite ce genre d’impairs (recruter des bras cassés pour paraître plus intelligent qu’eux et asseoir votre pouvoir managérial).

Mais, à la direction générale et dans les métiers, on doit, hélas, pouvoir trouver trace de ce phénomène... Le principe, que l’on retrouve décrit dans tous les bons ouvrages de management, selon lequel un individu de talent recrutera toujours meilleur que lui pour créer un cercle vertueux de performance ne semble, hélas, guère appliqué dans nos entreprises. C’est même plutôt l’inverse !

Je suis sûr que si vous cherchez bien, vous trouverez, à l’étage de la direction générale, un DG adjoint qui n’a pas le niveau. Voire même plusieurs, puisque les médiocres vont recruter d’autres médiocres pour ne pas passer pour des idiots... Ou, pour être politiquement correct et s’inspirer de la terminologie applicable aux pays-sous-développé : « pour des managers en voie de développement de leurs compétences », sachant que certains partent de très loin...

De même, dans les directions métiers, vous identifierez certainement des managers dont on se demande comment ils sont arrivés à un tel poste tant ils sont nuls. Comme le disait le célèbre penseur-psychiatre chinois Yâ Ki LaTsou, spécialiste de l’analyse des cellules concéreuses et de la découverte des talents en milieu hostile : « Quand on est con sur les bords, c’est souvent, malgré les apparences, que le milieu est aussi atteint. »

Le terme écosystème est très souvent employé, y compris dans Best Practices. Tant mieux, cela montre les interactions, dans le monde des technologies de l’information entre les clients, les fournisseurs, les partenaires, les salariés, les sous-traitants... Cela reflète évidemment la réalité. En revanche, on parle beaucoup moins de l’éconsystème, qui reflète le fait que les médiocres recrutent plus médiocres qu’eux pour faire bonne figure.

À la différence de l’écosystème, le vrai, l’éconsystème ne se voit pas dans les entreprises, bien qu’il soit beaucoup plus étendu. Il se devine. On en parle à mots couverts et il vaut mieux, vu la mentalité de ceux qui le peuple... On susurre dans les couloirs le nom de ceux qui en font partie... On chuchote, dans les open spaces, les « exploits » des meilleurs ... On suppute son extension à d’autres catégories de collaborateurs jusqu’alors préservés par une carapace de bon sens...

Cela dit, gardons une vision optimiste : à force de s’étendre, l’éconsystème peut devenir une réelle source de revenu pour doper nos budgets faméliques. Il suffirait en effet de créer une écontaxe, prélevée grâce à des porTIC dédiés. En évitant qu’ils soient endommagés par une horde de bonnets d’âne rouges...

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud est le pseudonyme du DSI d’un grand groupe industriel français. Il nous livre en exclusivité ses réflexions sur son métier et les technologies de l’information.

Nos Ouvrages

  • Symposiums Gartner : la synthèse

    Les équipes de Best Practices assistent chaque année au Symposium organisé par le cabinet Gartner qui présente des études, ses analyses et ses opinions sur l’évolution des technologies, du digital et des systèmes d’information.

  • La transformation digitale en 465 questions

    L’un des facteurs clés de réussite de la transformation digitale reste l’accès à la bonne expertise, aux meilleures pratiques et à tout ce qui peut favoriser le benchmark des organisations par rapport au marché, aux usages et aux technologies disponibles.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 136

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2020, qui s’est déroulé en novembre, à distance. Les quelques 4 000 slides mis à la disposition des participants ont été analysés, afin de trouver les informations et chiffres-clés les plus pertinents.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa Data Integration

    Pour rater son intégration de données, rien de plus simple. C’est à la portée de toutes les entreprises ! Il suffit de suivre nos treize commandements et d’oublier la gouvernance, la qualité, la sécurité et les enjeux métiers.

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Comment rater...
sa stratégie Big Data

    Une stratégie Big Data ne s'improvise pas. Quoique... Ce nouveau titre de la collection "Comment rater..." propose les douze commandements pour tous ceux qui veulent vraiment rater leur stratégie Big Data.

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris