Bonnes pratiques et expertises IT
Rechercher

Cahier décharge

- Peut-on inscrire notre nouveau besoin au cahier des charges de l’application CRM (Comment Ramener la Monnaie) ?
Encore… ! Cela ne fait que la quinzième fois que la direction marketing me demande, que dis-je, exige, que les évolutions de ses besoins soient prises en compte « dans les meilleurs délais ». Pourquoi ? Parce que la direction marketing est l’une des directions métiers les plus consommatrices de nouveaux projets.

Ils veulent toujours lancer de nouvelles offres pour tacler la concurrence. Pourtant, sur notre marché, la pièce détachée industrielle, nous ne sommes pas dans les télécoms où les opérateurs lancent des dizaines de nouvelles offres chaque année, et autant de changements dans le système d’information.

Mais, depuis que notre Président, Pierre-Henri Sapert-Bocoup, a lu dans la Industry Buzinaisse Reviouve que les meilleures entreprises se différencient par le rythme de lancement de nouveaux produits, le marketing ne nous lâche plus. Nous avons déjà mené à bien l’application BUSE (Business Utile Sans Effort) pour renforcer nos liens avec nos revendeurs, le projet RACLURE (RAttrapage des CLients Usés par des Relances Excessives) pour fidéliser nos consommateurs et le projet DUCON (Développement Unifié du Commerce On-line Nouveau) pour vendre encore plus sur le Web. Sans oublier le projet BLAIREAU (Benchmarking Limité À l’Informatique RÉpartie Aux Utilisateurs) pour vérifier si les utilisateurs de la direction marketing sont bien équipés.

À chaque fois, il a fallu supporter d’incessants « stop and go » que l’on aurait aimé appeler « stop and stop » ou « stop and go voir ailleurs si j’y suis ! ». Mais, tant bien que mal, nous avons mené à terme tous ces projets, stratégiques comme il se doit. Aujourd’hui, mes équipes doivent se débattre avec l’application CRM. Au lieu de « Comment Ramener la Monnaie », ils auraient dû la baptiser « Casser les Roubignoles à la Maîtrise d’œuvre »... Mais je m’égare dans des considérations personnelles et l’on nous a toujours appris, à l’école supérieure de formation des DSI (je sais, ça n’existe pas...), qu’il ne fallait pas mélanger le SI et l’affectif. Il n’empêche : nos amis du marketing changent d’avis tous les jours sur ce qu’il convient d’intégrer ou pas au cahier des charges de l’application CRM. Comme nous n’avons pas vocation à mobiliser l’essentiel de nos ressources pour un seul client interne et à passer des heures dans des réunions interminables et peu productives, j’ai créé un nouvel outil pour la gestion de projet : le cahier décharge.

Il s’agit d’un petit cahier qui ne me quitte pas et dans lequel je note tout ce que les directions métiers demandent à la DSI et que nous ne souhaitons pas réaliser, parce que c’est souvent irréaliste, infaisable dans les délais, trop cher, trop consommateur de réunions... Phonétiquement, nos clients internes n’y voient que du feu lorsqu’on leur affirme que nous prenons en compte leurs desiderata dans notre cahier décharge.... Et cela me permet d’accéder à toutes leurs demandes :
- Pouvons-nous intégrer au cube décisionnel un tri croisé multicritérisé à redondance volumétrique préparamétré en temps réel ? m’a demandé hier notre directeur marketing.
- Pas de problème, j’intègre derechef cette nouvelle fonctionnalité intéressante dans le cahier décharge.

Et que dira-t-il lorsque cette fonctionnalité, impossible à réaliser, ne sera pas intégrée à son application ? Je ne sais pas encore. Mais je prends le risque et maintiendrais mordicus que tout cela faisait bien partie du cahier décharge. Il n’avait qu’à comprendre la nuance. Et s’il insiste, je réaffirmerai notre attachement à participer activement à l’effort de tri sélectif des projets...

Mon referentiel SehiaudMon référentiel des métiers improbables de la DSI

Il existe des métiers improbables mais néanmoins indispensables pour une DSI. Au sommaire de cet ouvrage : les 106 métiers dont un DSI ne pourra pas se passer, depuis l'aboyeur d'appel à projets jusqu'au désillusionniste de carré magique, en passant par le goûteur de recette applicative ou le tordeur de bases de données massivement parallèles...

Lire le sommaire de ce numéro : cliquer ici

Acheter cet ouvrage : cliquer ici

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud est le pseudonyme du DSI d’un grand groupe industriel français. Il nous livre en exclusivité ses réflexions sur son métier et les technologies de l’information.

Nos Ouvrages

  • Best Practices Spotlight
Symposium Gartner 2018

    Ce numéro de Best Practices Spotlight regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances qui ont été présentés lors du Symposium Gartner 2018, qui s’est tenu en novembre à Barcelone.

  • La sécurité du système d’information en 180 questions

    Les cyber attaques n’ont jamais occasionné autant de dégâts dans les entreprises. Comment mieux se protéger ? Ce guide pratique regroupe les 180 questions que doivent se poser les responsables sécurité et les DSI. Avec des réponses concrètes…

  • Best Practices Spotlight 
Atlas - Édition 2018

    L’Atlas du DSI regroupe tous les sujets publiés dans le cadre du service de benchmarking et de veille Best Practices Spotlight. L’Atlas du DSI propose des articles synthétiques pour rester à l'état de l'art, des chiffres-clés pour se benchmarker, des argumentaires pour convaincre les métiers, des bonnes pratiques à partager avec vos équipes et des résumés d'études que vous n'avez jamais le temps de lire.

A ne pas manquer

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris