Le management du digital
Rechercher

Business bêtise

Business intelligence… Ce terme fait plutôt sourire. Pourtant, il est pris très au sérieux : la direction générale de Moudelab & Flouze Industries, l’entreprise dans laquelle j’exerce mes talents de DSI depuis maintenant sept ans, s’est mis en tête que c’est l’avenir : « La corporate performance de notre groupe en dépend, qu’en pensez-vous ? »  m’a un jour demandé Pierre-Henri Sapert-Bocoup, notre Président. Que pouvais-je répondre ?

Que de nouveaux projets dans ce domaine allaient chambouler nos plannings de livrables, déjà bien encombrés avec la refonte de la chaîne logistique, elle aussi imposée par la direction générale au titre de contributrice essentielle à la « corporate performance du groupe » ? Que nos budgets déjà serrés allaient devoir être « optimisés » (en clair, sabrés) pour faire de la place à la BI (prononcez « Bi-Aïe » pour faire moderne). Que les directions métiers auraient à leur disposition un superbe outil (quitte à faire de la Bi-Aïe, autant multiplier les fonctionnalités pour être tranquille quelques années) qu’elles n’utiliseraient sûrement pas ?

Ce n’est pas tant l’aspect budgétaire qui m’inquiète, mais surtout le fait que nous allons tomber dans un cercle vicieux. Comment celui-ci se manifeste-t-il ? Ce n’est pas spécifique à la Bi-Aïe, on le retrouve dans tout type de projet système d’information qui se respecte (du moins à la DSI, ailleurs c’est quelquefois plus aléatoire question respect du boulot des hommes de l’art que nous sommes...). J’ai ainsi identifié les différentes étapes de ce cercle vicieux, qui se traduisent par plusieurs syndromes.

Le premier syndrome est celui de Cendrillon. Comme pour tout nouveau projet, les utilisateurs, poussés par leurs managers, eux aussi enthousiastes, se mettent à rêver à tout ce qu’ils vont pouvoir faire avec le nouvel outil de Bi-Aïe. Hélas, quand minuit sonne (ou, dans nos métiers, quand le logiciel est mis en production, ce qui est moins romantique raconté comme cela), ils déchantent. Le carrosse tout en cubes décisionnels se transforme souvent en vieille carriole qui rame et transbahute quantité de données inutiles et de bogues qu’on ne peut même pas jeter par-dessus bord...

Second syndrome, lorsque les utilisateurs formulent leurs besoins : celui du touriste moyen qui applique le principe du « je-paie-donc-j’ai-droit ». Puisque la direction métier finance (Ah, les bienfaits de la refacturation interne...), les utilisateurs réclament un outil superpuissant... pour hier ! A charge pour nous de nous bagarrer pour l’intégrer aux systèmes existants. Et lorsque les chefs de projet leur conseillent d’y aller doucement sur l’abus de fonctionnalités, on tombe dans le syndrome du « petit chef » : celui qui n’y connaît rien et qui se mêle de tout.

Lorsque les utilisateurs découvrent que le projet sera plus long que prévu, c’est le début du syndrome du chef de chantier, bien connu dans le milieu du bâtiment : les délais doivent être multipliés par trois et les coûts par cinq. Ils n’aiment pas, même si nous avons tous les arguments pour le démontrer. Et bien sûr, ils s’impatientent, d’où le syndrome du RER B, jamais à l’heure, toujours menacé par des avaries, mais on ne sait jamais dans quelles proportions. Quand les premières fonctions arrivent en recette, les utilisateurs sont alors confrontés au syndrome de « l’otage presque libéré grâce à son comité de soutien » : l’espoir renaît. Mais pour une courte durée...

Lorsque les utilisateurs commencent à se servir de l’application, survient le syndrome du boucher : « Il y a un peu plus, je vous le laisse ? ». De toute façon, tout comme l’estimable commerçant ne va pas recouper sa viande, la DSI ne va pas reconfigurer l’application pour enlever les fonctionnalités devenues inutiles parce que les utilisateurs l’ont décidé... Et qu’ils n’utiliseront pas. Bonjour les surcoûts !

Lorsque tout est à peu près stabilisé, arrive le syndrome du bricoleur du dimanche : l’utilisateur va développer dans son coin qui un tableau Excel, qui une mini-base de données, histoire de triturer les informations selon ses besoins. Un vrai casse-tête pour ceux qui prennent la suite !

Reste enfin le syndrome de l’enfant gâté. Celui-là est le plus redoutable : il consiste à jeter une version de logiciel pour se payer la toute dernière. Hélas, dans la business intelligence, l’intelligence n’est toujours pas livrée en standard.

Pour en savoir plus : 

- Comment identifier les risques liés aux projets décisionnels

- Les points-clés d’un projet décisionnel

- Big Data : corriger le passé, modeler le présent, préparer l’avenir

- Typologie des éditeurs de solutions Business Intelligence

- Éditeurs de solutions de BI : qui sont les plus proches de leurs clients ?

- Agilité et visualisation des données : les nouveaux contours de la BI

- Infrastructure décisionnelle : comment intégrer Hadoop en douceur

- Décisionnel : la fin des tableaux de bord ?

- Le décisionnel déteint sur le pilotage financier

- Décisionnel : quelles métriques pour les métiers ?

Best Practices propose des publications payantes.
Comparez nos différentes offres d'abonnement.

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud

Olivier Séhiaud est le pseudonyme du DSI d’un grand groupe industriel français. Il nous livre en exclusivité ses réflexions sur son métier et les technologies de l’information.

Nos Ouvrages

  • Symposiums Gartner : la synthèse

    Les équipes de Best Practices assistent chaque année au Symposium organisé par le cabinet Gartner qui présente des études, ses analyses et ses opinions sur l’évolution des technologies, du digital et des systèmes d’information.

  • La transformation digitale en 465 questions

    L’un des facteurs clés de réussite de la transformation digitale reste l’accès à la bonne expertise, aux meilleures pratiques et à tout ce qui peut favoriser le benchmark des organisations par rapport au marché, aux usages et aux technologies disponibles.

  • Benchmark Digital&Business - numéro 136

    Ce numéro de Benchmark Digital & Business regroupe l’essentiel des chiffres et des tendances présentés lors du Symposium Gartner 2020, qui s’est déroulé en novembre, à distance. Les quelques 4 000 slides mis à la disposition des participants ont été analysés, afin de trouver les informations et chiffres-clés les plus pertinents.

A ne pas manquer

  • Comment rater...
sa Data Integration

    Pour rater son intégration de données, rien de plus simple. C’est à la portée de toutes les entreprises ! Il suffit de suivre nos treize commandements et d’oublier la gouvernance, la qualité, la sécurité et les enjeux métiers.

  • Comment rater...
sa génération de leads

    Il existe un lien étroit entre le dynamisme commercial d'un éditeur de logiciels ou d'un intégrateur et la qualité des leads dont disposent les commerciaux pour maintenir leur performance. Mais il est très facile de ruiner votre performance commerciale.

  • Comment rater...
sa stratégie Big Data

    Une stratégie Big Data ne s'improvise pas. Quoique... Ce nouveau titre de la collection "Comment rater..." propose les douze commandements pour tous ceux qui veulent vraiment rater leur stratégie Big Data.

Best Practices

Informations

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris